Javascript et le Flash Player 9 doivent être activés pour visualiser le contenu.

Get Adobe Flash player

"L'Italiana in Algeri" Rossini
"...Excellente Elvira de Brigitte Lafon, aux aigus étincelants, qui se révèle ici une comédienne irrésistible de drôlerie..."
Opéra International



Concert Salle Pleyel
(Hommage à Samson François)

"...Brigitte Lafon, comme un rayon de soleil dans le
«Batti, batti...» de Zerlina."
Jacques Lonchampt – Le Monde



"La Chauve-souris" de J.Strauss
au Théâtre des Champs-Élysées

"...Avec drôlerie et musicalité, aisance et virtuosité, Brigitte Lafon est pimpante à souhait dans le rôle d'une Adèle à l'accent toulousain..."
Renaud Machart – Le Monde

Récital au Palais Royal devant le Président de la République (Mr François Mitterand)
«…Grétry ou Dalayrac dont les romances donnèrent à Melle Lafon l’occasion de développer une voix dont la grâce le dispute à l’ampleur. Des textes dits en même temps que chantés, un modulé et des aigus affranchis du moindre vibrato…un tel ravissement que le dix-huitième exquis des privilégiés s’en trouvait ressuscité…»
Philippe Boucher -Le Monde



The New Israeli Opera – Werther
«Brigitte Lafon is the only soloist who is well remembered»
Hanoch Ron - Yedlot Aharonot
«Soprano Brigitte Lafon as Sophie was excellent…»
Ben Ami Feingold – Hazofe
"The one and only sunbeam in this production is Brigitte Lafon whose Sophie brings a breeze of fresh spring aroma to the stage within the overall sombreness or the production."
Elyakim Yaron – Maariv

Lieder de Fanny Mendelssohn :
Enregistrement en première mondiale
"Especially memorable in this respect is Lafon's treatment of the early "Ferne", from a Tieck poem evoking the "distant glow of love" and the memory of past happiness... her delivery of the line "Warum ertödest mich?" is chillingly on the mark ; Lafon utters the word "ertödest" as if her whole being depended on it"
James Parsons U.S.A



«L’Enfant et les Sortilèges» Ravel.
Opéra Royal de Wallonie (Liège)
«…L’un des atouts majeurs de ce spectacle repose sur Brigitte Lafon, garnement boudeur et désarmant, plus vrai que nature, à la voix idéale.»

Festival de Besançon Orchestre de Lyon
«…Asie, première des trois pièce de Schéhérazade de Ravel…la soliste Brigitte Lafon superbe par la limpidité de son timbre, la perfection de son style et son articulation exemplaire…» «Quant à Brigitte Lafon, elle mérite amplement le titre féminin (prix Orange) pour sa grâce et sa beauté…»
Jacques Doucelin



«Gustav III ou le Bal Masqué» de Auber
Opéra International

«…e la migliora in campo mi è parsa la simpatica Brigitte Lafon come Oscar.»
Dall’estero



Centres Culturels Français de Rabat et Casablanca, Maroc
«… Brigitte Lafon… pianissimi suaves et tonalités graves superbes… cultive la mélodie comme un orfèvre peut ciseler l’or fin. Fauré, Gounod semblent avoir composé pour elle et lui vont à merveille. Brigitte Lafon et Jeff Cohen, une symbiose parfaite !...»
Le Matin

«Roméo et Juliette» Gounod. Grand Théâtre de Limoges
«…Mais c’est avec les apparitions de la soprano Brigitte Lafon que l’ouvrage sera véritablement transcendé. Celle-ci, pour qui il s’agissait d’une prise de rôle, a été une Juliette idéale par la dimension rare qu’elle a su donné à son personnage sur le plan dramatique et vocal.»
Jean Guy - le Populaire du Centre



«Il Barbiere di Siviglia» Rossini
«…Enthousiaste, Brigitte Lafon qui nous enchante en Rosine… souveraine autant dans la maîtrise vocale que dans le jeu scénique…»
Grand Théâtre de Tours -



«La Légende de Joseph en Egypte» de Méhul. Théâtre Renaud-Barrault
«Brigitte Lafon, angélique et tendre Benjamin…»
Jacques Lonchampt – Le Monde

«Le Requiem de Fauré ressuscité»
«…Et l’instant magique de la soirée : la prestation de Brigitte Lafon Dans le «Pie Jesu». Un ange a passé sous les voûtes, une émotion vraie a parcouru le public saisi par la voix si cristalline de la célèbre soprano, par la pureté du timbre et par son sens de l’élévation.»
Roland Spenlé La République du Centre



«Le Petit Duc» de Lecocq
«… On est ainsi très proche du Chérubin des
«Noces de Figaro», voir de l’Octavian du «Chevalier à la Rose», ce qui permet la savoureuse ambivalence dont s’accommode fort bien Brigitte Lafon. Son soprano clair et d’une musicalité parfaite est d’ailleurs travaillé dans ce sens.»
Opéra de Metz

«Un Concert exceptionnel pour mélomanes privilégiés»
Ensemble Orchestral du Centre
«Une véritable ovation a salué la remarquable prestation de Brigitte Lafon qui interpréta
l’«Exultate Jubilate» de Mozart avec maestria… dés les premières notes c’est un envoûtement… la beauté de sa voix est émouvante… son timbre chaud, coloré, ample, s’adapte aussi bien à Fauré qu’à Mozart… une fine sensibilité qui vous touche profondément…»
La République du Centre

Télécharger la revue de presse
pdf/fr/AL_REVUE_PRESSE.pdf